©2019 cardiomed-beauté. Propulsé par Behind Digital

MÉDECINE RÉGÉNÉRATIVE

Le PRP (plasma riche en plaquettes) est du plasma sanguin enrichi en plaquettes obtenu par centrifugation de sang autologue. Le plasma sanguin est obtenu par prise de sang. La plasmathérapie constitute donc d'une méthode naturelle, 100% bio-compatible. Il n'y a pas de risque d'effet secondaire.


En fait, l’injection de PRP donne aux tissus le même signal que s’il y avait eu une blessure, induisant un mécanisme de réparation tissulaire semblable à la cicatrisation.

Les plaquettes ou thrombocytes sont des cellules anucléées d’environ 2 μm de diamètre, issues de la fragmentation des mégacaryocytes produites dans le la moelle épinière. Elles présentent un cytoplasme rempli de granules et contiennent plus de 30 protéines bioactives, qui participent dans le processus inflammatoire et ont un rôle fondamental dans l’hémostase et la guérison tissulaire.


Ils constituent un immense réservoir en facteurs de croissance, donc essentiel dans la rejuvenation cutané sont :

  • FGF (fibroblast G. F.) KGF (keratinocyte growth factor) : Leur fonction est les duplications, migrations et proliférations des fibroblastes et kératinocytes

  • Leptin (stimulation adipocytaire)

  • VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor), production des nouveau vaisseaux sanguines

  • EGF (Epidermal Growth Factor)

Ces facteurs de croissance sont essentiels pour initier et stimuler la régénération cellulaire, la synthèse de collagène et d'élastine, la formation de la matrice extracellulaire, une meilleure vascularisation des tissus mais également la formation  de la cartillage et des tendons. Les cheveux affinés, raréfiés ou abîmés profitent également du PRP qui produit une repousse capillaire, améliore la microcirculation et stimule le bulbe pileux.

Indications

  • Médecine générale: arthrose, tendinite, traitement des plaies, acné

  • Médecine esthétique: visage et cernes, vergetures et relâchement cutané, cicatrices (plasmathérapie avec Dermapen), cou et décolleté, chute de cheveux

Traitement

Pour que la technique soit réussie la clé est obtenir une concentration plaquettaire optimale (autour de 2 - 2,5 μm) et une manipulation et centrifugation douce qui permet de ne pas abimer les plaquettes pour qu’elle puisse dégranuler après l'injection dans le tissus de patient. On analyse avec l’appareil hématologie Sysmex le taux plaquettaire avant et après la centrifugation.


En effet, pour un effet maximal, une quantité suffisante de plasma doit être injectée à une profondeur suffisante. Ainsi, nous prélevons selon indications une deux tubes. (Soit 20 ou 40 ml du sang) et prenons le temps de faire les injections à la main (impossible de les faire correctement avec un appareil).


Avec une technique adéquate, l’attraction des cellules souches (ce qui est l’un des buts du PRP) se fait et la réparation cutanée se met en route pour les 2 à 3 mois qui suivent. Chaque traitement de PRP a un effet maximum, et il serait contre-productif et inutile de répéter trop rapidement les séances. Au contraire, il faut laisser le temps nécessaire à la régénération cellulaire de se mettre en route et d'en constater les effets, avant toute nouvelle intervention.


Le traitement est sûr et bien documenté et ne présente aucun danger pour la santé s’il est utilisé par des professionnels sous strict contrôle médical et si les consignes de sécurité et d’hygiène sont bien suivies.

Dermapen

Le Dermapen 3™ fonctionne selon la technologie brevetée AOVN™ (Advanced Oscillating Vertical Needle) qui consiste à faire pénétrer verticalement dans la peau un grand nombre d'aiguilles


Dermapen 3™ pratique des microperforations dans la peau auxquelles le corps répond naturellement par un processus de guérison. La production de fibres de collagène augmente ainsi de manière naturelle.

En associant Dermapen avec la plasmathérapie (PRP), on augmente les résultats.

DÉSAVANTAGE DE CE TRAITEMENT EST QUE C’EST RELATIVEMENT DOULOUREUX RAISON POUR LAQUELLE LES INJECTIONS SE FONT SOUS KALINOX

Kalinox

Le kalinox est un analgésique qui permet au patient d'être relaxé dans un état  de sédation consciente.


On obtient une analgésie inhalatoire avec un médicament gazeux composé de 50% d'oxygène médicinal et de 50% de protoxyde d’azote médicinale.


L'objectif et de prévenir ou rendre tolérable la douleur lors des gestes de courte durée générateurs de douleurs.